© Kristoffer Juel Poulsen

THE KUTIMANGOES

C'est au cours du festival Jazz à Ouaga 2013 que The KutiMangoes et Patrick Kabré se sont rencontrés. Le groupe originaire du Danemark venait jouer un concert dans la capitale burkinabè et de là est née l'idée d'une collaboration avec un artiste local. Patrick Kabré était bien connu des festivaliers puisqu'en 2010 il avait remporté le "saxo d'argent" lors du concours Jazz Performance.

Cette rencontre donnera naissance à l’album « Afro-Fire » qui s’inspire des musiques de Fela Kuti, Charles Mingus, Ornette Coleman et rythmé par la voix et les percussions de Patrick Kabré. C'est la consécration : l'album est nominé 5 fois au Danish Grammy Awards et remporte deux prix : celui du meilleur album et celui de la meilleure chanson (« Fire ») dans la catégorie Musiques du monde.

 

Forts de cette expérience, Patrick Kabré et The KutiMangoes décident d’enregistrer un second album, mais cette fois-ci chez lui au Burkina Faso, au coeur de l’Afrique de l’Ouest.

En mai 2016, The KutiMangoes a donc pris la route du Burkina Faso et du Mali pour enregistrer avec Patrick Kabré ainsi qu’avec des musiciens burkinabè et maliens. Le groupe avait envie de créer de nouvelles fusions musicales, mêlant rythmes traditionnels africains et sonorités contemporaines. Des musiques

nouvelles pour les oreilles, le corps et le coeur, avec en fond sonore le partage et l’échange des cultures. 

L’album “Made in Africa” (Tramp Records) est sorti le 4 novembre 2016. 

DISCOGRAPHIE

« AFRO-FIRE » sorti en 2014 .

"MADE IN AFRICA" sorti en novembre 2016.

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

Made in Africa

"Meet the musicians"

Afro-Fire

FATOUMATA DIAWARA

C'est à Ouagadougou que Fatoumata Diawara et Patrick Kabré se sont rencontrés. La chanteuse malienne y vivait alors. Après plusieurs soirées jam, les deux artistes décident de collaborer pour une création unique présentée lors du festival AFRICOLOR en 2016. Ensemble, ils ont dialogué entre Mooré et Bambara, entre rythmes mandingues et warba, et ont raconté, musicalement, le cousinage historique entre Mali et Burkina Faso.

 

Fatoumata Diawara

& Patrick Kabré

en live sur RFI

Festival AFRICOLOR

Duo entre Fatoumata Diawara & Patrick Kabré

HAJUSOM!

C'est en 2016 que Patrick Kabré rencontre les équipes d'HAJUSOM! une organisation dirigée par Ella Huck et Dorothea Reinicke. Cette association travaille depuis des années avec des jeunes réfugiés arrivés en Allemagne. Chez HAJUSOM! la vie quotidienne est déterminée par le théâtre, la performance, la danse, les créations artistiques. Ces créations mettent au centre ces acteurs. Les jeunes trouvent ici une forme d'expression qui leur permet de questionner leur situation, de gagner confiance en eux même dans une société où en tant qu'étranger il n’est pas facile de s’intégrer.

La première collaboration s'est faite autour de la pièce "Aller et Retour", une rencontre artistique transcontinentale à teneur politique : de jeunes artistes burkinabè ayant l’avenir de leur pays entre les mains, se défendant contre les structures post-coloniales du pouvoir et renouvelant les concepts d’identité dans la pensée africaine, rencontrent les performeurs de Hajusom, qui ont leurs propres expériences d’émigration, de combat pour leur reconnaissance en Allemagne, dont les positions sont pourtant prétendumment paradisiaques sur les politiques migratoires. "Aller et Retour" est un manifeste en commun pour la liberté de circuler, avec un esprit révolutionnaire et l’art comme moteur pour dépasser les frontières. Patrick Kabré y intervient en tant que musicien et chanteur.

 

Fort de ce succès et de cette rencontre autant humaine qu'artistique,  Patrick Kabré et Hajusom travaillent à nouveau ensemble en 2017 sur la pièce "Silmandé", qui signifie en Mooré (l'une des langues du Burkina Faso) le tourbillon, la volute et la danse. Un spectacle en collaboration avec les musiciens de l‘Ensemble Resonanz. 
Pour remettre en question l’action téméraire des hommes et ses conséquences sur la planète, Hajusom et les musiciens de l’Ensemble Resonanz se sont réunis dans le bunker des médias de St Pauli en un laboratoire artistique. Les voisins du quartier du projet partenaire Jardin Silmandé à Ouagadougou ont planté des arbres contre la fulgurante désertification en Afrique de l’Ouest. Un voyage d’étude de Hajusom confirme le potentiel du Jardin comme paradis imaginaire radical pour la scène.

Le protagoniste de "Silmandé" est la planète. Des êtres post-humains se retournent vers leur histoire, vers l‘éclat dans les yeux des humains et vers les décombres où seules poussent les plantes dans l’univers. À quoi ressemble la nouvelle vie ? Retour en arrière ou révolution ?
Des vidéos du véritable Jardin Silmandé (géré par Patrick Kabré) et d’un nouveau monde en plastique se fondent sur scène. Des amibes accompagnent les performers à travers les temps jusqu’aux premières expériences de la nature par l’homme, lorsqu’ils commencent à dominer la nature, à l’exploiter et qu’avec le temps, ils s’enfuient devant l’immense bouleversement de leur environnement qu’ils ont provoqué. Viktor Marek, chef musical de Hajusom, Wolfgang Mitterer, l’un des compositeurs de premier plan de notre temps, Ensemble Resonanz – orchestre en résidence à l‘Elbphilharmonie - et Patrick Kabré, initiateur du Jardin Silmandé, se charge de la bande-son à partir de sons électroniques, de micro-musiques flexibles et de fragments de musique moderne et ancienne ainsi que des improvisations et du rap.

 

Spectacle "Silmandé"